Bronze africain à la cire perdue

Classé dans : Actualités, Nouveautés | 1
bronze cire perdue africain
bronze africain

Une technique artisanale ancestrale

Employé depuis 3000 avant J.-C., le bronze est un alliage de cuivre et d’étain. Il est composé  dans les pays industrialisés de plus de 60 % de cuivre, d’une proportion variable d’étain. Il peut contenir également dans des proportions variables de l’aluminium, du manganèse, du tungstène mais aussi du plomb notamment en Chine dans des proportions plus importantes ce qui lui donne cette apparence grisâtre bien spécifique aux bronzes chinois. Il n’ y a pas de zinc dans le bronze car dans ce cas on parle de laiton. La particularité de ces bronzes est une résistance plus importante à la corrosion car le cuivre s’oxyde en formant du Vert de gris qui les protège de la dégradation du temps.

Le bronze dit africain ethnique ou asiatique est aussi un bronze à base de cuivre et d’étain mais dans des proportions aléatoires selon la disponibilité des matériaux sur place. Il s’agit souvent de matériaux de récupération d’automobile, de plomberie et autres métaux de construction.

Depuis des siècles, la technique de moulage à la cire perdue n’a pas changé. On réalise un objet ou modèle en cire, on le recouvre d’un mélange à base d’argile et de crottin d’animal, puis on laisse sécher l’ensemble. Une fois sec, on le fait cuire dans un four ce qui a pour effet de faire fondre la cire par un orifice effectué à cet effet sur le moulage, puis on coule le bronze dans l’espace libéré par la cire par ce même orifice et on laisse refroidir l’ensemble. Après refroidissement, on brise le moule de terre cuite pour faire apparaître l’objet. Il faut ensuite préparer l’objet en enlevant les imperfections par limage et polissage. On peut appliquer ou pas une patine allant du vert au noir profond pour atténuer ou supprimer la couleur originale du bronze qui est de couleur jaune – or. En Afrique, le mélange à base de crottin d’animal et de terre argileuse est appelé Le Banco. On sépare la paille du crottin , on tamise le crottin libéré de sa paille puis on le mélange avec la terre argileuse.

Si vous désirez voir les différentes étapes de fabrication, je vous invite à visionner cette vidéo sur youtube.

Cette technique de bronze coulé à la cire perdue implique de refaire à chaque fois le modèle en cire qui a coulé lors de la cuisson, de briser le moule pour en extraire l’objet, ce qui  confère à l’oeuvre réalisée une unicité. On considère donc chaque pièce comme étant une pièce unique.

Cette magnifique statuette est un magnifique exemple de bronze à la cire perdue. Il représente une femme africaine avec une coiffure traditionnelle, assise, les mains posées sur les genoux.


PRIX : 250 Euros


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *